Retour aux sources 1

Publié par thamos le 17 décembre 2017 à 19:23

alt

Voici ma première aventure avec Zaîde. 

Comme à chaque fois, je m'appuie sur ma correspondance avec Galaxy. C'est une très bonne amie. Elle est libertine, mais nous ne sommes pas amants. Nous sommes des confidents libertins, qui ont une vie secrète et qui prolongent le plaisir de leurs rencontres quand elles sont passées et que, normalement, il faudrait garder tout enfoui discrètement au fond de soi. 

Une relation ultra salutaire dans la vie d'un libertin de mon genre. 

A l'époque des messages que je publie ici, j'avais déjà rencontré une partenaire libertine (que j'ai appelée Margarita dans d'autres textes), qui prenait plaisir à initier le bisounours que j'étais (et suis encore..., mais différent). 

Galaxy suivait avec intérêt mes balbutiements libertins, lorsque je lui ai révélé l'existence d'une Zaïde que je lui avais cachée jusque là. L'idée de relations multiples m'avait traversé l'esprit déjà, mais passer à l'acte, c'était plonger dans l'inconnu. Et il devait me rester pas mal de cette culpabilité qu'on nous assène à longueur de temps depuis la plus tendre enfance (Merci Disney entre autres...). 

Zaïde, c'est la toute première femme à avoir vraiment répondu à un de mes messages. Pas juste un coucou pour voir les photos. J'en étais à un point où je commençais à avoir des douleurs lombaires à force de me pencher pour voir s'il y avait vraiment quelqu'un derrière l'écran de mon ordinateur. 
J'envoyais un message du genre: "J'ai été fidèle très longtemps, je passe de l'autre côté du miroir, mes recherches sont secrètes etc... etc..." Bref, l'écran de mon ordinateur de n'usait pas vite. Un avantage dans un sens. 

Un beau jour, je reçois enfin une vraie réponse, celle de Zaïde, et qui commence par : "Et bien moi, mon mari sait que je suis ici. C'est une complicité entre nous...". Je rappelle que je n'avais encore ni échangé, ni rencontré qui que ce soit. Là, après une traversée du désert de plusieurs semaines, c'était vraiment la classe! Une situation dont j'avais toujours rêvé pour mon couple, sans y parvenir. 

Zaîde avait d'autres correspondants que moi, mais sans faire feu de tous bois. Mais c'était clairement, et c'est toujours d'ailleurs, une femme libérée. 
J'ai correspondu de longue semaines avec elle. Après presque deux mois j'avais perdu espoir (erreur de débutant). Je lui ai écrit que j'avais intégré l'idée que nous ne serions jamais amants, mais que j'aurai toujours plaisir à correspondre avec elle. Elle m'a répondu "Mais qu'est-ce qui vous permet de dire que nous ne serons jamais amants?". Et hop, ça m'a fait raccrocher les nuages pour les deux mois suivants. 

Entre temps j'ai rencontré épistolairement, Galaxy, puis peu de temps après, Margarita, mon amie libertine militante. 

Zaïde me demandait comment se passaient mes aventures sensuelles avec Margarita, et elle me parlait de soirées où elle partait en goguette. Une fois même, elle m'a raconté comment un malotru l'avait éconduite comme un mal propre. Ça m'avait mis dans une colère terrible (mais discrète bien sûr). Un type qui a la chance de rencontrer Zaïde, et qui ne la respecte pas. Pour moi c'était intolérable. 

Avec Zaïde, j'ai aussi vécu l'expérience de la découverte par photo interposée. Terrible expérience. Suite à son épreuve avec le malotru (non non, je n'ai pas oublié un O), elle m'envoie une photo, me disant qu'elle se trouvait moche, visiblement affectée. 

Découvrir sa photo m'a produit une incroyable sensation de vide (Il faut vite se dépêcher de lire la là). 
Je précise tout de suite que cette sensation n'avait rien à voir avec de la déception. 
Pendant des semaines, j'avais échangé avec elle. L'ambiance était très amicale, malgré mes messages fleuves et souvent plutôt inconsistants. Je ne fantasmais pas particulièrement sur le plan sexuel, en tout cas rien d'explicitement précis. J'avais surtout la sensation de la connaître, d'une façon immatérielle. L'idée d'entrer dans une dimension charnelle, très présente dans mon esprit, était accompagnée de toutes sortes choses, forcément abstraites, qui s'étaient mise en place au fil de nos échanges. 

La découverte de la photo a tout fait basculer en une seconde. De l'abstraction je suis entré involontairement dans une réalité figée: celle de la photo, bêtement en deux dimensions (en trois dimensions, elle vaut le détour Zaïde, mais ça, je ne le saurais que plus de deux mois plus tard). Pas de son, d'yeux qui s'animent, etc,. bref, tout ce qui s'était construit les semaines précédentes disparaissait d'un seul coup. Et vu la place qu'elle occupait dans mon esprit, ça a fait un sacré trou. Mais rien à voir avec de la déception, comme je l'ai déjà écrit. 
Tout s'est reconstruit très vite, sur de nouvelle base. 

Depuis, je n'ai jamais accordé une grande importance aux photos. Elles ne sont que le petit bout de la lorgnette. Juste une option. 

Deux mois plus tard, j'écrivais à Galaxy que j'avais enfin rendez vous avec Zaïde. J'étais dans un état d'excitation extraordinaire, état dont j'ai profité toute la semaine avant d'aller la rejoindre. 
Et dix jours après ce tête à tête, nous passions, sans nous y attendre, au peau à peau. 

Pause: 
Comme ce récit est déjà très long, je raconterai la suite dans deux autres textes, qui vont arriver très vite. 

En tout cas, il y a quelques jours, je disais à Galaxy, je disais que la patience est la mère de tous les vices, vertueux et vertigineux (les vices les plus nobles qui soient donc). 
Quand je dis que : "Quand c'est le bon moment, c'est le bon moment", je parle d'expérience. 

A très bientôt pour la suite, ça va monter en puissance.

Commenter
 authimage
Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« décembre 2017 »
di lu ma me je ve sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Récemment…

Archives

Images aléatoires


Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |